Navigation bar
  Home Start Previous page
 91 of 113 
Next page End 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96  

comme pêcheur mais connu également comme pilote. Son fils Sébastien (1787) Capitaine de Navires est le père de Adrien. Les patronymes des huit arrières grands
parents de Sébastien sont typiquement trentemousins : Ertaud, Ollive, Lemerle, Bertrand, Chauvelon, Dejoye, Bessac. Il aura deux filles et deux fils, dont Adrien le
père de Ernestine Ertaud. 
L'épouse de Adrien est Stylitte Bessac (1813) dont la mère est également une Ertaud Louise Geneviève dont la lignée est initiée par ce même André (1608)
suivi de son fils Guillaume (1640), puis de Christophe (1682), puis de François (1712), puis de Jacques (1742), puis enfin de Louise Geneviève (1778) épouse de Louis
Jacob Bessac.
André Ertaud (1608) était un personnage local appartenant à la corporation des Monnayeurs si on en juge par le parrainage de ses cinq enfants. 1-Jean (1642) a
comme marraine la veuve d’un conseiller du Roi (?). Il sera lui-même un HH (Honorable Homme) Monnayeur et son fils Jean (1682) sera Prévôt des Ajusteurs. 2-Pierre
(1647) décédé très jeune a comme parrain et marraine Yves de Monti, Seigneur de Rezé, Conseiller du Roi et deux HH et HF (Honorable Femme) de Ste Croix de
Nantes. 3-Le second Pierre (1650) a comme parrain le HH Pierre Champaigne de Ste Croix de Nantes. 4-Guillaume (1640) dont les parrains et marraines sont
également des HH et HF de Nantes sera avec ses deux épouses à l’origine d’une nombreuse descendance de ses seize enfants dont Christophe (1682) qui est
l’ancêtre de Stylite Bessac. 5-Catherine (1645) la seule fille d’André sera parrainée par plusieurs HH et HF de Ste Croix de Nantes. 
De Jean et de Catherine partiront deux sous-branches qui conduiront jusqu’à Aristide Briand, le mari de Marie-Laure Bureau, grand-père de Suzanne Briand.
Dans cette lignée on trouve également Jean-François Ertaud (1772), frère de Louise Geneviève, qui fut Maire de Rezé de 1807 à 1820 et dont nous connaissons
depuis peu sa vie, plutôt mouvementée
Athanase Ertaud
Dans son acte de décès, en 1795, il est précisé que ce personnage est mort “pour cause de guerre civile”. Il est cité par ailleurs comme marin, pêcheur, mais
aussi pilote. Un Athanase Ertaud, est-ce le même ?, est également cité dans les chroniques judiciaires locales comme étant le meneur d'une quasi-insurrection visant
à empêcher les douaniers de l'époque de débarquer en force sur l'île de Trentemoult, devenu un nid de contrebandiers. L'un de ses deux fils, Sébastien sera marin
comme son père, tandis que l'autre François s'installera boulanger à  Chantenay où il épousera une Cécile Dubigeon, descendante directe de Julien Dubigeon le
fondateur des chantiers du même nom. Cette lignée Ertaud, désormais établie à Nantes donnera plusieurs capitaines, armateurs et courtiers maritimes.
C’est encore notre infatigable historien, Vincent Bugeaud, qui a découvert les circonstances de la disparition tragique de Athanase :
" le 24 brumaire an IV [15 novembre 1795] Macé marchand de vin Isle Feydeau à Nantes chargea pour Vannes par la barge de Chauvelon 6 barriques  de vin
blanc estimées 6000 livres la barque, pour le compte du dit Chauvelon de Trentemoux, et le certificat des habitans de l’isle de Trentemou, du 20 de ce mois, signé au
délivré Jacques Boju, P. Morisseau, Pierre Moreau, Michel Pageau, P.R. Bertrand et André Boju qui attestent que Pierre Chauvelon et Athanase Ertaud, l’un et l’autre
âgé d’environ 40 ans pêcheurs et domiciliés de l’isle de Trentemou, commune de Rezé, le 1er époux de Françoise Bertrand et le second de Marie Bertrand, partirent
de la dite isle de Trentemou le 25 brumaire an IV avec une barge, chargée de 6 barriques de vin à la destination de Vannes ; que chemin faisant ils furent assaillis par
les ennemis de la République connus sous la dénomination de chouans [souligné dans le texte] qui les assassinèrent et volèrent tout ce qu’ils possédoient."
Personnellement je ne suis pas très convaincu de la sincérité de cette déclaration car Athanase, que j’imagine plutôt du côté des rebelles, disparaît comme par
hasard juste au moment où des évènements tragiques secouent toute la région allant du Morbihan à la Vendée : une nouvelle tentative de débarquement se prépare à
l’Ile Yeu sous le commandement du futur Charles X  entre les anglais, les émigrés et Charrette. La rébellion chouane dans le Morbihan est réactivée et se radicalise à
la suite des massacres de milliers de chouans et d’émigrés ayant participé directement ou indirectement au débarquement de Quiberon. Les marins-pêcheurs de
Trentemoult ont participé par la force des choses à ces évènements de près ou de loin. Comme Jean-François Ertaud, un proche parent de Athanase, qui y a joué un
rôle très actif du côté des chouans.
Previous page Top Next page