Navigation bar
  Home Start Previous page
 81 of 113 
Next page End 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86  

                        Monnaie frappée à Nantes 
                           
Certains ont avancé l’hypothèse –jamais confirmée par aucun document - que cette spécialité avait été réservée dans les temps reculés à des
familles d’orfèvres ibèro-juifs. Selon eux les patronymes de familles de monnayeurs de la Haute Ile pourraient être d'origine ibérique : Ollive
viendrait de Ouvares = orfèvre, Dejoie viendrait de De Joyas = bijoux et Ertaud viendrait de Artezano = artisan ! Cette hypothèse est toutefois
troublante à la lumière de certaines constatations. L’importance commerciale de la Place de Nantes nécessitait la mise en oeuvre de techniques
financières et monétaires évoluées, ce qui était le rôle traditionnel de la communauté juive active à Nantes depuis les temps les plus reculés et dont la
présence est attestée de nos jours par la rue de la Juiverie en plein cœur du centre historique de Nantes juste derrière l’Hôtel de la Monnaie. On sait
également que de tout temps les relations de Nantes avec la péninsule ibérique ont été étroites. Nantes était une cité commerciale et cosmopolite
ainsi qu'un point de passage pour les pèlerins se rendant à St Jacques de Compostelle. 
Or en 1260 Jean le Roux, Duc de Bretagne expulse les juifs de son duché. Comme par hasard c'est à cette date que les Templiers s'installent à
Rezé dans l’Ile des Chevaliers d'où elle aurait tiré son nom. Avec un peu d’imagination on peut imaginer que les habiles Templiers auraient installé à
Rezé sous leur protection des familles ibéro-juives chassées du centre de Nantes qu'ils auraient "converties" pour la forme tout en christianisant leur
patronyme. Quoiqu'il en soit, il est certain que la population de Trentemoult est un patchwork de populations de pêcheurs, de monnayeurs, de
gabariers, de tourangeaux, de poitevins venues par la mer, par la Loire, ou par la Sèvre…
On en sait beaucoup plus sur ces pêcheurs-monnayeurs grâce aux recherches de Vincent Bugeaud l’historien-chercheur déjà cité qui leur
consacre sa thèse. Les monnayeurs exerçaient à l'Hôtel de la Monnaie de Nantes les tâches matérielles de frappe et de réglage des pièces de monnaie.
C'était une activité d'intérimaire plutôt mal rémunérée. Mais cette fonction était assortie de privilèges fiscaux tout à fait intéressants qui les
exonéraient d'une quantité de charges, d'impôts, de corvées. Ils avaient, du point de vue fiscal, des avantages comparables à ceux de la noblesse. Ces
privilèges étaient bien entendu à la fois jalousés et enviés. Comme ces privilèges étaient transmissibles ils ont donné lieu à des stratégies
matrimoniales subtiles dans cette petite communauté insulaire de Rezé. Les monnayeurs les plus nombreux venaient de Rezé, les autres venant
Previous page Top Next page