Navigation bar
  Home Start Previous page
 30 of 113 
Next page End 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35  

Jean Bureau, Capitaine au Cabotage, 1823-1900
Jean Bureau a navigué pendant près de 40 années y compris pour la Marine militaire. Retiré à terre dans sa maison du Chêne il deviendra à cinquante-huit
ans Maire de Vertou de 1881 à  1885. Il naît au Chêne en 1823. Jeune enfant il voit passer sur la Sèvre les gabarres qui descendent vers Nantes. Il a passé toute
son enfance à jouer en barque sur la Sèvre, il a observé le mouvement des marées qui remontent jusqu'à l'écluse de la Chaussée. Il a observé le travail de son père
charpentier de navire. Il a donné un coup de main aux gabariers pendant leurs manoeuvres.  Il a écouté les récits de voyages de ses oncles Pierre Bureau et Jean. Il
est descendu à l’occasion avec eux au Quai de la Fosse quand ils repartaient pour reprendre la mer pour de longs mois. Les bricks n'ont plus de secrets pour lui. Il a
écouté avec attention et envie les récits de voyages des navigateurs du Chêne et de La Barbinière. Il connaît déjà toutes les ficelles du métier de marin. Sa voie est
vite tracée. Lui aussi deviendra Capitaine. 
Effectivement il ne perd pas de temps. Il s'inscrit tout jeune à l'école du Chêne et dès l'âge de 14 ans embarque comme mousse pendant 4 années. Puis
comme marin pendant cinq ans. Pour devenir Maître au Cabotage il faut avoir 24 ans et justifier de 60 mois de navigation sous pavillon français. A peine deux mois
après l'anniversaire de ses 24 ans il décroche le 17 Mai 1847 son brevet de Maître au Cabotage. Puis il part accomplir ses obligations militaires, bien entendu dans
la Marine qui n’est encore Royale que pour quelques mois. 
Le 8 Août 1848, à son retour du service militaire il obtient immédiatement le commandement du Brick "Le Georges", ce qui n’était pas exceptionnel à cette
époque. Il le commandera pendant vingt ans, jusqu’à sa vente en 1968, relâchant dans tous les ports d'Europe et des Antilles de Saint-Pétersbourg à Naples en
passant par Oslo, La Havane et Alger.
En 1855, il est mobilisé à nouveau pendant une année dans l'escadre franco-anglaise chargée d'assurer le blocus de la Baltique en appui de l'Expédition de
Crimée déclenchée, déjà, par une contestation à propos des Lieux Saints. Il participe à l'un des rares faits de guerre de cette escadre en participant à l’attaque de
Sveaberg en Août 1855 par une flottille de canonnières à vapeur. Il y sera décoré de la Médaille militaire sur décret de l'Empereur au titre d'un acte de bravoure à
bord de la canonnière La Redoute. Je n’ai pas pu obtenir le texte de la citation car les archives de la Médaille Militaire ont été incendiées pendant la Commune. Il
recevra également la médaille commémorative de la Baltique en argent massif que la reine Victoria a offert à tous les marins et soldats du corps expéditionnaire. 
Il aidera son frère Auguste, son cadet de sept ans, Capitaine au Long Cours à armer le brick "Pauline et Noëmie". Celui-ci disparaîtra lui aussi en mer à l'âge
de 33 ans, laissant veuve son épouse Pauline Pichot et orpheline sa fille Noëmie.
Ernestine Ertaud, Epouse de Jean Bureau
Jean Bureau a épousé Ernestine Ertaud (1836-1923) issue d’une respectable famille de Navigateurs de Trentemoult. Dans cette famille on a navigué depuis
toujours comme marins pêcheurs sur le grand estuaire de la Loire (leur territoire de pêche va jusqu'à Belle-île), pilotes, capitaines de navires, maîtres au cabotage.
Le père de Ernestine, Adrien Séverin Ertaud est Maître au Cabotage et son frère Gédéon est Capitaine au Long Cours.
Elle a 13 ans de moins que Jean Bureau qui en a 37 quand il l’épouse. Cela nous semble bien tardif. Mais pour ces capitaines le mariage était une opération
délicate et problématique. Toujours en mer depuis l’âge de 13-14 ans puis mobilisés dans la marine militaire à l’âge de 19 ans pendant 30 mois, à leur retour à la vie
civile ils devaient préparer dans des conditions pas toujours faciles leurs examens de Capitaine. Puis il fallait trouver un commandement intéressant en faisant ses
preuves. Ce n’est qu’à partir de la trentaine qu’ils pouvaient envisager leur mariage. Les rencontres entre jeunes gens à marier se faisaient alors à l’occasion de
réunions de familles, principalement les mariages, ou bien avec les frères et sœurs de collègues navigateurs. 
Jean Bureau a vraisemblablement connu Ernestine Ertaud, à l’occasion du mariage de son frère Pierre le 4 Octobre 1856 à Rezé avec Hortense Lancelot de
Trentemoult, cousine germaine de Ernestine Eraud ( du côté Bessac). Pour la petite histoire les témoins de mariage étaient ”Jean Bureau, Capitaine au Long Cours
Previous page Top Next page