Navigation bar
  Home Start Previous page
 29 of 113 
Next page End 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34  

Les Bureau Pihuit sont toujours représentés à Vertou par Jeanine Bureau, une descendante directe de cette branche. Elle a épousé Gaëtan Le Tilly un
arrière-petit-fils de Jean Bureau Capirote, union qui a réuni ces deux branches de Bureau navigateurs. Louis Bureau l’ancêtre des Bureau Pihuit a été tué en 1794
par les troupes révolutionnaires. Son fils François a un premier fils marin qui meurt à l’Hôpital de Toulon et un second fils Jean (1812-1878)  qui sera l’un des
premiers capitaines au cabotage de la Barbinière. Il commande le "Jeune Gustave" un lougre transformé en goélette. Ce pauvre malheureux sera condamné par
jugement du 23 Avril 1869 à un mois de prison ferme pour n'avoir pas quitté le dernier son navire naufragé ! Son premier fils, Jean-Baptiste né en 1847 sera lui
aussi Maître au Cabotage. A la fin de sa navigation il deviendra l’éclusier de Vertou jusqu’ à sa mort en 1935. Gustave le second fils de Jean, Capitaine au Long Cours
meurt à 31 ans. Sa petite-nièce Jeannine Bureau-Le Tilly raconte que Gustave avait embarqué comme mousse le soir même de sa première communion, comme c’était
l’usage dans ces communautés de marins.   
        
Autres familles de navigateurs
A – Les Bonnigal du Bourg
Dans le No 3 de la revue Regard sur Vertou N° 3 Mme Bouteiller raconte l’histoire d’une famille de Vertou qui présente certains points communs avec celle
des Bureau et montre la place que tenaient les “navigateurs ” aux côtés des notables terriens au XIXème. Claude Callier (originaire de Touraine) épouse la fille d’une
famille de Guérande, Victoire Danto. Leur fils Charles épouse Irma Pion qui est la fille d’un notaire de Vertou. Deux des trois frères de Irma sont Capitaines au
Long Cours. Charles Callier deviendra maire de Vertou en 1848. Sa fille Alice épouse Louis Bonnigal, clerc de notaire, qui prendra la succession de son beau-père
comme notaire et deviendra lui aussi maire de Vertou. Les trois filles de Louis Bonnigal épouseront respectivement un futur Capitaine de Vaisseau, un futur
directeur de l’Ecole d’Hydrographie de Nantes, et un Ingénieur du Génie maritime. En remontant plus haut on retrouve des traces d’une implantation de cette
famille à St Domingue.
B- Les Leroy de la Barbinière
Plusieurs Leroy originaires de la Barbinière et du Chêne deviendront Maîtres Au Cabotage. Comme François Leroy très proche de Jean Bureau à beaucoup
d'égards : ils habitent le même village de La Barbinière; ils ont presque le même âge; ils ont accompli le même parcours professionnel; leurs pères Michel Leroy et
Jean Bureau sont tous deux charpentiers de navires et sont en plus cousins germains. Par conséquent notre Jean Bureau et François Leroy avaient quatre arrières-
grand-parents communs : Julien Leroy, Marie Cassard, Mathurin Bureau et Julienne Heurtin. François Leroy partira habiter à Chantenay, à proximité du Port de
Nantes et ses descendants suivront la filière classique : Capitaine au Long Cours, Officier de marine supérieur, etc
C - Les Merceron de la Morlachère
La Morlachére est un charmant petit hameau en bord de Sèvre coincé entre Le Chêne et la Barbinière, peuplé tout naturellement de gabariers et de charpentiers
de navire comme les Merceron. 
 
L'un deux Jean Charles né en 1826 (il est donc contemporain et voisin de Jean Bureau) devient sans surprise Maître au Cabotage. Il arme et commande, avec
son frère Louis-Philippe (1830-1893) Capitaine au Long Cours, le trois-mâts " Sainte Anne " l'un des derniers transporteurs de coolies chinois. Son fils François
(1872 - 1955), mécanicien à la Transat deviendra directeur des Chantiers Navals de La Pallice. Le marin le plus éminent de cette lignée est l'Amiral Jean Merceron
(1914-2001), dont la carrière est emblématique des dernières turbulences de la marine française. Il a en effet personnellement participé comme Officier fusilier-
marin-commando à tous les épisodes dramatiques de la marine française au cours des vingt années terribles qui vont de la défaite de 1940 à la fin de l'empire
colonial français : Namsos, Dakar, les deux débarquements, l'Indochine, l'Algérie, Congo Brazzaville. Nous attendons avec impatience le récit de sa vie que prépare
son petit-fils François Merceron, aujourd'hui membre actif de l’Association Vertavienne de Généalogie.
Previous page Top Next page