Navigation bar
  Home Start Previous page
 2 of 113 
Next page End 1 2 3 4 5 6 7  

2             
"Qu'il est pénible d'avoir à rendre compte de sa vie à des hommes d'un autre siècle que celui où l'on a vécu".  Caton l'Ancien
Introduction
Plus personne ne sait aujourd'hui qu’il existait à Vertou au XIX
ème
une importante communauté de marins et de capitaines habitant principalement les
villages du Chêne et de La Barbinière, mais aussi Portillon, L’Angebardière et le quartier de la Chaussée. Né au Chêne dans une maison chargée de leur souvenir il
était de mon devoir de faire revivre leur mémoire avant qu’il ne disparaisse définitivement.
Ce texte a été composé comme un “pêle-mêle“, au gré de rencontres, de lectures ou de découvertes de nouveaux documents. Au fil de ces recherches la
curiosité m’a amené  à m’intéresser à la branche de notre famille originaire de Trentemoult et de La Haute Ile deux villages de navigateurs de Rezé (qui seront
désignés collectivement sous le nom de Trentemoult). Grâce à Internet j’ai eu a chance de rencontrer plusieurs “cousins” descendants de ces familles
“trentemousines”. La communauté maritime de Trentemoult était beaucoup plus importante que celle de  Vertou, elle a survécu plus longtemps, et son souvenir a été
maintenu vivant grâce au travail remarquable de nombreux descendants de cette communauté passionnés par leur histoire familiale. C’est grâce à cette filiation
trentemousine que par ricochet j’ai pu mieux comprendre l’histoire des marins de Vertou. 
C’est finalement une histoire imbriquée des familles de navigateurs de Vertou et de Trentemoult qui est racontée ici où on trouvera “pêle-mêle” et dans le
désordre des souvenirs personnels, des histoires de famille, des extraits de correspondance, des exposés d’architecture navale, des réflexions générales et de
longs exposés d'anthropologie pour décrire la généalogie compliquée de ces tribus. Cette histoire commune appartient à tous leurs descendants. Que chacun d’eux y
prenne, ce qui l’amuse, ce qui le touche ou ce qui l’informe.
Au-delà du simple usage familial ce “pêle-mêle” d’histoires vécues contribuera je l’espère à réhabiliter, le mot n’est pas trop fort, ces navigateurs obscurs
de Vertou et de Trentemoult qui ont écrit, avec tant d’autres, les pages les plus glorieuses de l’histoire maritime de la Cité de Nantes mais qui ont été totalement
oubliés et négligés par la mémoire officielle nantaise qui n’a retenu de cette histoire que deux courtes parenthèses, celle des négriers et celle des cap-horniers, à
peine un siècle en comparaison d’une histoire plus que millénaire.  
En effet contrairement aux idées reçues le véritable âge d’or de la riche cité marchande de Nantes ne se situe pas au XVIIIème mais en plein XIXème, à
une époque où les populations de villages entiers à Vertou, à Rezé, à Indre se consacraient à la marine à voile comme marins, maîtres au cabotage, capitaines au long
cours, pilotes, constructeurs et charpentiers de navires, voiliers, cordiers, avitailleurs, courtiers maritimes, négociants. Tous ont participé avec énergie,
détermination et courage à une aventure maritime dont les retombées économiques et sociales sont encore tangibles aujourd’hui. Et bien non, la prospérité actuelle
de Nantes ne plonge pas ses racines chez les “médiatiques” négriers, mais chez nos modestes ancêtres oubliés.
 
Previous page Top Next page