Navigation bar
  Home Start Previous page
 13 of 113 
Next page End 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18  

l'Administration gallo-romaine évanouie et dans la région nantaise ce sont deux ecclésiastiques qui vont à cette époque lointaine imprimer leur marque.
Saint Félix est nommé Evêque de Nantes 539, quelques années après la fin du règne de Clovis. Il en sera également le gouverneur, le bâtisseur, le chef
militaire, l'ingénieur. Car c'est lui qui décide de modifier la cours de la Sèvre à son embouchure pour favoriser le désensablement de la Loire. 
A la même époque saint Martin fonde à Vertou le premier monastère de l’Armorique, suivi de plusieurs autres dans la région et d’un deuxième à Vertou pour
les femmes, lesquels seront autant de foyers de civilisation et de développement économique. Vertou est alors une active petite cité mérovingienne. Quant à Nantes
elle fait l'admiration des visiteurs par sa grandeur et sa prospérité. Ce qui n'échappe pas aux yeux des nouveaux arrivants bretons qui ne rêvent que de la
conquérir. Ils n'y parviendront qu'en 853 avec Nominoë et son fils Erispoë qui se fera attribuer le riche Pays de Retz mettant ainsi la dernière touche à la
frontière Sud de la Bretagne historique, inchangée depuis cette époque. Ils s'empressent de faire de Nantes leur capitale.
Les Vikings de Nantes
Nantes est à peine devenue Bretonne qu’elle est attaquée par les Vikings en 853. Contrairement à la légende les Vikings ne sont pas des pillards, mais plutôt
des colonisateurs – comme le seront les Français au XIXème et les Espagnols au XVème – qui cherchaient chaque fois que possible à s'implanter durablement dans
une région comme ils le feront en Normandie, en Angleterre, en Islande, au Groënland …et dans le Pays Nantais où ils resteront plus d'un siècle, aussi longtemps que
les Français en Algérie.
Pendant que les Vikings de Seine s'installent en Normandie, d'autres Vikings investissent l'Estuaire de la Loire. Ils s'installent sur l'une de ses îles, entre
Nantes et Rezé, juste à l'embouchure de la Sèvre. C'est une première base qui va leur permettre de progresser à l'intérieur de la France en remontant la Loire. De
là ils préparent des expéditions vers la Bretagne Sud, la Touraine, le Poitou, la Bourgogne. Ils menacent même Paris en redescendant par la Marne.
En 863 les Vikings de Loire s'associent aux Vikings de Seine sous la conduite du Chef Hasteinn pour lancer une expédition vers la péninsule ibérique (arabe
depuis peu) et la Méditerranée. Ils quittent leur base nantaise avec 62 navires, pillent Cadix et Séville, mettent à sac Algésiras et sa mosquée puis Murcie et les
Baléares et arrivent enfin en Italie où ils pillent Pise et Fiesole. Trois ans plus tard ils remontent vers leur base nantaise avec 20 navires chargés de butin.
Soixante-six ans après leur arrivée le Chef norvégien Ragenold s'allie avec les Vikings de Loire pour lancer une expédition visant à se tailler dans la région
nantaise un duché comme Rollon venait de le faire en Normandie lâchement abandonnée par Charles le Simple par le traité de Clair sur Epte. Les plus remuants des
Vikings de Seine, désormais privés de pillage par les dispositions de ce traité, se joignent à eux. Ragenold prend possession sans difficulté de la région nantaise où il
s'installe en maître. Cette principauté Viking durera une bonne vingtaine d'années et elle sera même officiellement reconnue par plusieurs traités signés avec ses
voisins Francs. Mais l'histoire ne se répète jamais. Contrairement au lâche Roi de France, Alain Barbetorte le jeune Roi de Bretagne exilé en Angleterre revient de
son exil, poussé par l'Abbé de Landévennec,  Il inflige aux Vikings en 936 et 937 une série de cuisantes défaites. Il leur reprend Nantes en 937 dont il fait aussitôt
sa capitale et en aménage la défense. Puis il repart vers Rennes pour réduire les dernières résistances Vikings. Cette suite de victoires militaires met fin à la
prééminence scandinave en Bretagne. Les colonies de peuplement vikings de disparaissent pas pour autant, notamment dans la région de Guérande puisqu'elles
tenteront vingt ans plus tard un nouveau coup de force sur la Ville de Nantes.
Alain Barbetorte exploite ses victoires et la crainte qu'exercent encore ces ennemis pour se faire concéder tous les droits sur le Pays de Retz par le Duc
de Poitou trop heureux de laisser aux Bretons le soin de neutraliser ces encombrants voisins. Cet accord fixe à tout jamais la frontière entre la Bretagne et le
Poitou à la limite méridionale de l'Evêché de Nantes devenu plus tard le département de la Loire Inférieure puis Atlantique. La Bretagne d'Outre Loire est donc
bretonne depuis pratiquement onze siècles sans interruption.
Les Vikings n'étaient pas des moines soldats et ils ne rentraient pas non plus chez eux en Scandinavie chaque week-end. les scandinaves ont de toute
Previous page Top Next page