Navigation bar
  Home Start Previous page
 109 of 113 
Next page End 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113  

Finalement sa dernière trace a été retrouvée dans les registres matricules de l'Inscription
Maritime conservés aux ADLA. On y apprend que notre Pierre Bureau mesurait 1,66 m (plutôt une
grande taille pour l'époque) qu'il avait le poil châtain, les yeux gris, le front ordinaire, le nez pointu, la
bouche moyenne, le menton rond, le visage ovale, la bouche moyenne, le menton rond. Pas de signe
distinctif jusq'en 1828 ... “ il a la mâchoire inférieure cassée, que plusieurs portions osseuses ont été
extraites, que la mastication est difficile et impossible sur du corps dense (?). Impropre au service de
mer. Certificat du médecin de marine daté du 4 juin 1828 ”. 
En 1826 il est Matelot tonnelier sur le brig “ La Pauline ". De 1827 à la fin de 1828 il est
embarqué sur un gabarre “ L'Amédée " allant au petit cabotage. Il débarque fin Août au Croisic puis
rembarque comme Matelot tonnelier sur le navire « Le Senneur " allant à la Guadeloupe. Il en revient le
16 Mai puis rembarque le 27 Mai comme Maître Tonnelier sur le même  allant à la pêche à la morue à la
côte de Terre Neuve ". Il en débarque le 10 Août et rembarque sur le même qui le débarque à Nantes le
3 Septembre. Ce n'est qu'en Mars de l'année suivante qu'il ré-embarque sur L'Amédée, allant au
cabotage. Mais au début de 1832  cette gabare disparaît  “ sans nouvelles depuis le 28 Avril 1832 que
l'Amédée est sortie du Croisic avec un chargement de sel pour Paimbeuf où le bâtiment n'est pas arrivé
; l'Armateur n'ayant pas eu de nouvelles depuis cette époque on considère L'Amédée perdue corps et
biens à la mer Sans nouvelles. " et le fonctionnaire de l'Inscription Maritime a recopié plusieurs années
de suite, sans nouvelles, sans nouvelles... Ainsi nous savons maintenant que Pierre Bureau est mort alors
qu'il naviguait à bord de la gabare L'Amédée, mystérieusement disparue entre Le Croisic et Paimbeuf,
sans doute suite à un désarrimage de sa cargaison de seLa biographie de Pierre Bureau est
emblématique du destin des marins vertaviens. Ils vont naviguer en mer parce qu'ils sont nés au bord de
la Sèvre où ils ont acquis des compétences précieuses pour la Marine d'Etat comme charpentiers de
navire, gabariers ou tonneliers. Ils ont appris le métier de marin sur des gabares ou des petits navires
armés par des cousins ou des voisins. Ils ont accompli un service militaire qui a enrichi et complété leur
formation et leur a fait découvrir des horizons nouveaux. De là ils pourront poursuivre une carrière de
matelot ou s'ils en ont les capacités intellectuelles de Maître au cabotage. Certains d'entre eux comme
Auguste Bureau ou son frère Pierre pourront même devenir Capitaine au Long cours. Et de là se hisser à
la position enviable de capitaine-armateur comme Jean Bureau et son frère Pierre. Beaucoup d'autres
ne pouvaient n'accomplissaient qu'une partie de ce parcours
Pierre Bureau est un exemple de ce que l'on peut apprendre sur un ancêtre qui naviguait au
XIXème en consultant les 4 ou  5 registres matricules qui retracent de façon assez détaillée les étapes
de sa carrière, sur quels navires il a embarqué, quels incidents ont marqué sa carrière, et ses principaux
traits physiques.
Previous page Top Next page