Navigation bar
  Home Start Previous page
 100 of 113 
Next page End 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105  

La descendance de Joseph Lancelot
Revenons maintenant sur la descendance de Joseph Lancelot et de ses cinq enfants. Les cousines "supposées" sont indiquées en souligné. Les spécialistes
remarqueront qu'il s'agit en fait de cousines issues de germain(e)s.
1-Joseph Jacob Lancelot (1832) “frère jumeau” de Ernestine Ertaud a épousé sa cousine  Pauline. Ils auront deux filles, Hortense Marie née en 1865 restée
célibataire et Valentine née en 1863 qui épouse un médecin Emile Ertaud. Leur fils Emile Ertaud, Chirurgien réputé de Nantes, épouse Anny Mevel descendante
directe de Félix Lancelot, union d'où naît Simone Ertaud l’épouse du Général Paris de la Bollardière connu pour sa dénonciation de la torture en Algérie qui lui valut de
faire de la forteresse.
2-Reine Amanda Lancelot (1837) épouse son cousin germain Félix, fils de Pacifique I Lancelot. De cette union naîtront deux filles restées célibataires :
Amanda (1865) et Clémence (1870) et un fils Joseph. Celui-ci part à Haiti où il épouse une belle locale Claire Sanz union qui donnera naissance à Félix (dont les
enfants sont : Jean, Marie-Claire, Annick) et Auguste (Marie Claire). Son histoire aurait inspiré en partie le réalisateur du film ”La Reine Blanche” dont l’intrigue se
déroule à Trentemoult avec comme acteurs Catherine Deneuve, Richard Bohringer, Jean Carmet, Bernard Giraudeau. Il a été tourné sur place en décors naturels
revus et corrigés notamment dans la maison familiale Lancelot située à Trentemoult 10 Rue Bruneau.
Marie Virginie (1878) épouse Julien Chauvelon un Cap au LC qui a bénéficié d’une gloire post-mortem inattendue pour avoir commandé pendant 14 ans le Belem.
Il est ainsi décrit par Jean Noli :
“ Fils de marin, né le 11 février 1875 à Rezé, sur la rive gauche de la Loire, il est premier lieutenant de la Reine-Blanche à bord de laquelle il double le Cap
Horn, puis second capitaine sur la Marguerite-Arnhaud, quand la Maison Crouan l'engage à son service. Le Belem est son premier commandement : il a 26 ans.
Contrairement à ses prédécesseurs, corpulents et massifs, Chauvelon a une silhouette élancée, presque mince. Mais l'apparence est trompeuse : sous le costume noir
qu'il ne quitte presque jamais, l'homme est endurant et solide. Les cheveux bruns coiffés en arrière, le visage ovale, le nez droit et fin, la moustache épaisse,
toujours élégant, il est séduisant et les Nantaises qui le voient se diriger à pas pressés vers les bureaux de son armateur lui trouvent bien du charme. Mais le marin
n'a que deux passions : la mer et son épouse, menue et gracieuse (elle était appelée la petite Marie dans sa famille). "
Marie aura trois enfants, Anne, Jeanne et Auguste. Jeanne épouse le CLC Etienne Bessac qui fera une belle carrière à la Transat et sa fille Suzanne est l'une
des mémoires de l'histoire trentemousine.
3-Marie Lancelot née en 1844 épouse son cousin germain Louis Noël Bertrand, fils de Noël et de Madeleine Lancelot. Leur fille Marie restera sans postérité. 
4- Félix Lancelot, marin disparaît en mer à 17 ans sur le Brick “Entreprise”.
5 – Hortense Lancelot (1835) épouse Pierre Bureau, union d'où naîtront un fils Pierre et quatre filles : Hortense, Laure, Jeanne, Augustine qui elles ne poseront
pas en costume traditionnel. 
La série des six portraits de l'album a été récemment rejointe par deux autres retrouvés dans la collection de photos de Suzanne Briand : celui de Céline
Lancelot (1880) fille de Raphaël Lancelot, petite-fille de Pacifique et celui de Anne Henriot petite-fille de Félix Lancelot photographiée en costume trentemousin  à
Quimper! Les photo-portraits des huit cousines Lancelot ont été enfin identifiées (pas tout a fait car les identifications ne font pas toutes l'unanimité, encore un peu
de patience) et réunies après 120 ans d'oubli. Comme les cailloux du Petit Poucet leurs jolis minois ont permis de retrouver la trace d'une tribu familiale
représentative de la communauté trentemousine  au XIXème.
Qu'en conclure ? Ces photos ont été prises à un moment (entre 1865 et 1890) où les jeunes filles de Trentemoult ne portaient plus le costume mais où la
photo portrait s'était popularisée. Les "cousines" ont dû estimer que la cérémonie de la photo portrait serait la dernière occasion pour elles de porter le costume de
leurs mères et grand-mères. Leur message est arrivé jusqu'à nous.
Pour revenir vers des choses plus sérieuses, le bilan socioprofessionnel de la lignée de François-Joseph confirme les observations faites par ailleurs.
François-Joseph a eu 5 fils et 1 gendre capitaines au cabotage. Il a eu 26 petits-enfants : 15 filles, 11 garçons. Sur ces 11 petit-fils deux seulement navigueront, tous
Previous page Top Next page