Navigation bar
  Home Start Previous page
 10 of 113 
Next page End 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15  

Famille Gicquel
A la fin du XIXème la marine à voile a encore quelques années devant elle avec les voiliers cap horniers, mais ce sera le chant du cygne de la marine à voile
nantaise. Les enfants de navigateurs à Vertou comme ailleurs en région nantaise préparent leur reconversion dans la marine à vapeur : Ernest, le fils aîné de
Ernestine Le Tilly-Bureau deviendra Officier Mécanicien, et Jeanne sa fille aînée épousera Célestin Gicquel, un Ingénieur Mécanicien de la Marine Nationale.
Célestin Gicquel appartient lui aussi à une famille de navigateurs du Chêne et de la Barbinière laquelle toutes  payé un lourd tribu à la mer. La parentèle
résumée de Célestin Gicquel est la suivante :
Ses deux grand-pères sont marins.
Sa grand-mère maternelle Jeanne Agaisse, épouse Baudy, a quatre frères Capitaines au Cabotage. 
Son grand-père paternel Pierre Gicquel, Marin
La sœur de Pierre Gicquel, Jeanne mariée à Pierre Stanislas Bachelier, Marin
Le frère de Pierre Gicquel, Jean Gicquel, Marin
Sa grand-mère paternelle est Jeanne Bachelier
Le père de Jeanne Bachelier, Pierre Bachelier (1770-1827), Gabarier
Le frère de Jeanne Bachelier, Jean Bachelier, Marin, disparu en mer a 20 ans
La sœur de Pierre Bachelier épouse Aimé Huchet, Gabarier
Le grand-père de Pierre Bachelier, Jean Bachelier (vers 1700), Gabarier
Son oncle maternel, Eugène Marie, frère de sa mère Joséphine, Marin 
Son grand-père maternel, Joseph Marie Bachelier, Marin, mort noyé à 33 ans
La cousine germaine de sa mère, Joséphine Marie, Marie-Reine est l'épouse de Paul Doussain. Constructeur de navires à Vertou
Sa grand-mère maternelle est Jeanne Aguesse
Le frère de Jeanne, Jean, (1811) Capitaine au Cabotage
Le frère de Jeanne, François, (1816), Capitaine au Cabotage
Le frère de Jeanne , Julien, (1827), Capitaine au Cabotage, mort en mer au Brésil
Le fils du précédent, Jules, Marin, disparu en mer
Le frère de Jeanne , Baptiste, (1832), Capitaine au Cabotage
       Ces tombes et ces lettres sont les quelques traces qui restent d’un monde disparu dont la mémoire s’est totalement perdue. D’où venaient et que faisait cette
communauté de navigateurs vertaviens ? Pour le comprendre il faut se déplacer plusieurs siècles en arrière de façon à planter le décor géographique, économique et
historique de cette Aventure. 
                                                                                                          * * *
Rôle du transport maritime
Après un siècle et demi de mécanisation intensive de notre environnement on oublie que pendant plusieurs millénaires et jusqu'au milieu du XIXème l'homme
n'a pu compter que sur la force de ses muscles, de celle des animaux de trait pour déplacer chariots et charrues: chevaux, ânes, mulets et boeufs et de celle du
Previous page Top Next page